EcclesiaLab

EcclesiaLab

Laboratoire de l'innovation ecclésiale

Repenser nos façons d'habiter : EcclesiaLab présent à un colloque organisé par Oykos

La mission de l’association Oykos est de favoriser l’émergence de projets de vie collective à vocation sociale, écologique ou pastorale, et d’accompagner la transition de lieux d’Église sur le point d’être cédés en les mettant à disposition de ces projets d’habitat collectif. Ils organisaient le 23 mars un colloque au Collège des Bernardins afin de rassembler tous ceux qui s’intéressent aux nouveaux modes de vie collective. Retour de Claire Bellet-Odent, membre de l’EcclesiaLab et présente à la journée.

Une journée riche d’interventions et de rencontres

 

Le colloque d’Oykos sur le thème Repenser nos façons d’habiter a permis de rassembler un public varié de personnes qui ont des projets de lieux alternatifs, qui s’interrogent sur un autre style de vie comme réponse à une crise généralisée et d’autres qui sont très engagées dans ces nouveaux lieux. J’ai été marquée par la diversité des participants dont certains ne sont pas d’appartenance chrétienne mais s’intéressent au phénomène. J’ai été étonnamment surprise de constater un public intergénérationnel avec la présence de trentenaires ou quarantenaires. Il faut signaler que l’association Oykos est animée par des générations de jeunes professionnels dynamiques.

L’intérêt de cette journée a été de croiser des apports théoriques et des apports plus pratiques, des témoignages de vie et d’expériences, des réflexions venant d’acteurs de la société civile. Après chaque apport, des questions et débats ont animé les divers temps. Le repas et les pauses ont permis des échanges et des circulations d’informations. De petits groupes ont permis de se retrouver sur l’un ou l’autre thème.

 L’enjeu de prendre du recul pour mieux avancer

 

Une personne rencontrée m’a dit sa satisfaction concernant l’importance de prendre le temps de réflexion sur le fond avant de se lancer dans la gestion logistique et financière. L’enjeu pour cette journée était de prendre un temps de recul pour réfléchir à cette question essentielle : que signifie habiter ? Que veut dire habiter de manière nouvelle ?

Pour y répondre le philosophe Fabrice Hadjadj nous a conduit à la reconnaissance que penser l’intériorité de l’âme ne peut se vivre sans foyer, sans demeure. Je sors de chez moi pour rayonner si j’ai la possibilité d’y vivre un retrait salutaire. On peut alors penser l’habitat comme lieu de mission. Il faut articuler la possibilité du retrait (chez soi) et de l’hospitalité. Penser la porte ouverte ou fermée. « L’Amour fait habiter l’autre chez nous et en nous ».

Le thème de la vie partagée a été abordé avec Laetitia Calmeyn anthropologue, Mariane Durano résidente de l’eco hameau de la Bénissons Dieu et Philippe Royer président de Fratello. Les débats se sont déroulés autour du bien commun, de la communion et des expériences de vie fraternelle avec la conscience de lutter contre une tentation de communautarisme et l’importance de ne pas avoir de certitudes par rapport à des modèles idéalisés.

Ensuite Dominique Lang, assomptionniste, nous a présenté des catégorisations de tiers-lieux en insistant sur le contexte historique de leur émergence. Il s’agit d’accompagner des processus de transformation. Retenons cette proposition avec les tiers-lieux : offrir un utopie chrétienne dans une diversité qui se déploie tel que lieu monastique, ferme, centre spirituel, café associatif…

Divers enjeux autour de l’habitat partagé

 

Dans la conférence suivante, il a été question de l’intégration des fragilités dans l’habitat partagé avec Marie de Lorgerie résidente à l’association pour l’amitié ; Pierre Jacquand secrétaire général de l’Arche en France et Paul Duchesse responsable colocation Lazare de Lille et doctorant en droit de la santé. Rappelant que le logement est une condition de la dignité humaine, ces propositions visent à restaurer de la communion et du partage avec des personnes fragilisées par la vie. Le travail d’acceptation de sa vulnérabilité permet une renaissance.

Une table-ronde avec des acteurs de la cité a permis de réfléchir au rayonnement des habitats partagés pour le territoire avec Jean-Christophe Fromentin maire de Neuilly et Denis Pivetau conseiller d’Etat. Ceux-ci ont mis en valeur l’importance pour l’habitat partagé d’être inséré, de travailler à leur visibilité en les pensant comme des atouts pour les territoires, comme des relais de la vie locale avec le défi de recréer du lien et du partage. On peut retenir qu’un point d’attention est la capacité d’animation de ces tiers-lieux.

Enfin, la dernière conférence a porté sur les défis de la gouvernance des habitats partagés avec Etienne Villemain, fondateur du Village de François, Laurent Landete, directeur du collège des bernardins et Fabrice Hadjadj. Communion, participation, mission, partage de responsabilités et de pouvoirs, principe de subsidiarité, cadre clair, contre-pouvoirs, le rapport à l’argent, autant de thèmes importants traités et articulés aux témoignages qui ont montré l’importance de cette question de gouvernance  surtout dans le contexte des abus dans l’Eglise.

Cette journée est un grande réussite et a montré l’importance de progresser en réseau. Un espace Linkedin a vu le jour et d’autres propositions de rencontre se mettent en place.

Crédits photos : Oykos

Dernières nouvelles de l'EcclesiaLab

Scroll to Top